Affaire Bettencourt

Le désaisissement d’un magistrat est un acte grave, celui d’une juridiction encore plus. La décision de dépayser l’affaire Bettencourt à Bordeaux ne donne pas une bonne image du service public de la justice, d’autant qu’elle aurait franchement pu être instruite à Paris disposant des moyens d’enquête nécessaires.

Cette affaire devenue politico-financière renforce en tout cas le rôle du juge d’instruction dans la procédure pénale française. Il est d’ailleurs souhaitable de généraliser l’instruction de ce type d’affaire par plusieurs juges indépendants du pouvoir politique et de spécialiser les juridictions en la matière.

Il me paraît en effet difficile de dire que le Ministère public français présente toutes les garanties d’indépendance nécessaires pour assumer la charge des investigations pénales portant atteinte à l’exécutif. Le pouvoir ne choisit pas ses juges dans une démocratie.

2 réflexions au sujet de « Affaire Bettencourt »

  1. Le pouvoir ne choisit pas ses juges dans une démocratie.
    Êtes vous certain que nous soyons sous un régime démocratique en France, là est la question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Saisissez l\'information ci-dessous : *