Attentat de Karachi

Il y a un peu plus de 8 ans, une voiture a explosé à côté du bus transportant les personnels de la DCN qui devaient être acheminés vers l’arsenal de Karachi où ils travaillaient à l’assemblage du 3ème sous-marin Agosta vendu par la France au Pakistan, faisant 14 morts, dont 11 français, et 12 blessés. « La République honore la mémoire des victimes de ce drame. Elle sait ce qu’elle leur doit et ne l’oubliera pas. » (Jacques Chirac 13 mai 2002)

Or, la majorité des parlementaires a refusé la constitution d’une commission d’enquête pourtant plus efficace qu’une mission d’information. Cela aurait facilité la remise de la totalité des documents classifiés. Je regrette qu’une logique majoritaire prime sur la logique parlementaire. Le rôle du Parlement est double dans une démocratie équilibrée : légiférer bien sûr, mais aussi contrôler l’exécutif. Les élus de la nation manquent trop souvent de courage politique pour exercer leur deuxième mission. Pourtant les moyens existent..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Saisissez l\'information ci-dessous : *