Notre enseignement supérieur

paris-327% des étudiants quittent l’université en fin de première année. Les établissements sont plus évalués selon des critères administratifs et financiers que selon leur dynamique scientifique ou leurs résultats pédagogiques. Alors que Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, a pu choisir de se spécialiser à Harvard en informatique et en psychologie, un tel parcours est pratiquement impossible en France. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles les classes préparatoires, par leur enseignement davantage pluridisciplinaire, attirent plus les jeunes bacheliers brillants qui ne souhaitent pas s’enfermer, à 18 ans, dans une seule et même discipline. Les universités françaises restent méconnues à l’étranger. Il faut accélérer l’autonomie pédagogique des établissements en les encourageant à développer des formations originales pluridisciplinaires qui aident aux réorientations et accroissent la culture générale, donc l’adaptabilité. Il faut permettre aux universités de titulariser elles-mêmes leurs professeurs. Enfin, il est clair que les étudiants doivent pouvoir bénéficier de passerelles de formation s’ils n’intègrent pas les filières sélectives et continuer d’être aidés financièrement pour finir leur cursus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Saisissez l\'information ci-dessous : *